Les clubs tessinois dressent un premier bilan de l'étendue des dégâts

image post
  • Posté par dam, le :

    14/05/2020

Premiers à être touchés par la pandémie du coronavirus, Ambri et Lugano tentent maintenant de malgré tout planifier le futur.

Le Tages Anzeiger a interrogé les PDG des deux clubs pour tirer un premier bilan de la situation. Du côté de Lugano, Marco Werder estime que la perte du dernier championnat se montera entre CHF 600'000 francs et un million. Il peine par contre à juger des dégâts à plus long terme, puisque plusieurs sponsors ne pourront continuer alors que d'autres sont dans l'expectative.

Si comme d'autres il peut compter sur le chômage partiel, il salue l'effort fait par...  les employés des services administratifs et de restauration qui ont renoncé à 10 % de leur salaire en mai et juin. Et de conclure que la prochaine saison ne pourrait se jouer à huis clos sans des aides supplémentaires en plus de celles annoncées hier.

Du côté d'Ambri, Filippo Lombardi est plus optimiste sur le court terme puisqu'il sera en mesure de compenser une partie de la récente perte de revenus par des indemnités de chômage partiel et des mécènes et sponsors qui feront des versements supplémentaires : "Nous allons tout de même faire une perte, mais l'exercice ne se terminera pas de manière catastrophique" déclare-t-il.

Son inquiétude est ailleurs avec la construction du nouveau stade qui doit être opérationel septembre 2021. Du 18 mars au 20 avril les travaux se sont arrêtés et ils tournent au ralenti actuellement. Il attend un point de la situation sur les retards ces prochains temps.

Il se montre en outre très critique concernant les mesures annoncées hier et la possibilité de contracter des prêts : "Pour les petits clubs comme Langnau, Rapperswil ou nous-mêmes, il sera difficile de générer de tels revenus supplémentaires chaque année pour les rembourser". Un soucis qu'il estime moindre pour les autres clubs et une conséquence évidente : le fossé au sein de la ligue va encore plus se creuser. 

Et de conclure avec un proposition draconienne "Nous devrions fermer la ligue pendant au moins cinq ans, c'est-à-dire jusqu'à ce que les prêts soient remboursés". Et concernant un huis clos la saison prochaine ? "Les liquidités pourraient être garanties par des prêts, mais il serait préférable de ne pas jouer pendant un an que de vivre avec un couteau sous la gorge pendant des années."




Catégories