Severin Blindenbacher revient sur sa fin de carrière forcée

image post
  • Posté par dam, le :

    14/07/2021

Severin Blindenbacher souffre toujours des conséquences de la commotion cérébrale qu'il a subie il y a plus d'un an.

Son contrat avec les Lions du ZSC a expiré et il ne sait pas encore ce qui va se passer. "Blindi" prépare déjà sa carrière après sa carrière comme l'annonce son ancien club.

Le 14 janvier 2020, c'est arrivé : Severin Blindenbacher s'est écrasé contre la bande lors du match contre Langnau après un contrôle de Nolan Diem et a subi sa septième commotion cérébrale. Depuis lors, il est condamné à regarder. Lors des séries éliminatoires, il suit avec enthousiasme les matchs de son ZSC depuis les tribunes. "J'aime regarder mon équipe", déclare Severin Blindenbacher. Bien sûr, il préférerait être sur la glace. Mais sa santé ne le permet pas. Plus d'un an après, il lutte toujours contre les conséquences du traumatisme cranio-cérébral. "J'ai encore des problèmes. La lumière me pose problème et j'ai aussi des difficultés à me concentrer." Mais heureusement, il n'a plus aucune douleur.

L'été dernier, Blindenbacher se préparait encore pour la nouvelle saison. Mais il a rapidement dû se rendre compte qu'un retour sur la glace n'était pas possible. Les Lions du ZSC entament leur saison. Et "Blindi" ? Il reste loin de l'équipe. "Je me suis retiré de la vie de l'équipe. Ça n'a pas de sens." Mais ce n'est pas un problème pour lui, dit-il, car cela signifie qu'il se protège.

Le contrat de Blindenbacher avec les Lions du ZSC a maintenant expiré. Le défenseur de 38 ans peut se réjouir d'une carrière réussie : Il devient trois fois champion suisse avec les Lions du ZSC, remporte le titre de la Ligue des champions en 2009, fête un titre de Coupe et remporte la médaille d'argent avec la Nati en 2013. "Nous sommes déjà très privilégiés de vivre ce que nous avons en tant que joueurs de hockey sur glace", se souvient Blindenbacher. La fin de sa carrière suivra-t-elle maintenant ? "Je ne sais pas encore ce qui va se passer ensuite. Mon objectif ultime est d'abord d'être en bonne santé et ensuite je déciderai."

Carrière après carrière

Il effectue actuellement un stage chez "Zurich" Assurances. "Je travaille dans les ressources humaines et je suis également en train de suivre le cours pour devenir un spécialiste des RH. Cela me plaît beaucoup", déclare M. Blindenbacher, qui a beaucoup réfléchi à son avenir au cours des dernières années. "Je veux être prêt pour une carrière après ma carrière à un moment donné." Il est également impliqué dans la nouvelle startup "Athlete's Network", un réseau pour les athlètes, comme il le raconte dans l'interview.

Severin Blindenbacher, qu'est-ce que le Réseau des Athlètes ? Quel est le but de cette organisation ?

Nous voulons rapprocher l'économie de l'athlète et l'économie de l'athlète. Nous voulons sensibiliser les athlètes à la nécessité de penser à leur carrière après leur carrière. Nous voulons montrer que même sans expérience professionnelle, les athlètes possèdent certains attributs recherchés dans le monde des affaires. L'objectif est d'offrir un cours "prêt à l'emploi" dans lequel nous rendons l'athlète apte au monde professionnel.

Vous êtes l'un des cofondateurs. Comment et pourquoi en avez-vous fait partie ?

L'athlète est en fait demandé jusqu'à ce que vous ne puissiez plus l'utiliser. Ça a l'air dur, mais après ça, tu n'es plus intéressant pour l'agent ou le club. Les athlètes se sentent souvent seuls lorsqu'il s'agit de questions relatives à l'après-carrière. La transition vers une vie professionnelle normale n'est pas facile. J'ai donné une conférence à ce sujet au centre d'information sur les carrières d'Oerlikon. L'ex-footballeur Beni Huggel était assis dans le public. On a discuté après. Nous étions d'avis qu'il devrait y avoir un projet trans-sport pour aider les athlètes à faire la transition vers la vie professionnelle. Dave Heiniger et Niels Hintermann nous ont ensuite rejoints. L'équipe est composée de huit athlètes actifs et anciens.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune professionnel ?

Vous ne devez en aucun cas vous laisser aveugler. Ce sport est très intense et vous apporte beaucoup. Les jeunes professionnels devraient s'estimer heureux d'avoir le métier de joueur de hockey. Mais dans l'autre monde, personne ne se soucie que vous ayez joué au hockey pendant 20 ans. Si vous ne restez pas à jour, vous êtes extrêmement en retard. Vous devez absolument rester ajour. C'est pourquoi il est payant de passer une demi-journée par semaine au bureau, même en tant que joueur de hockey professionnel. Il n'y a pas d'excuses pour ne pas travailler dur chaque jour.

 




Catégories