La Suisse, 9ème des récents championnats du monde juniors, est-elle à sa place ?

image post
  • Posté par dam, le :

    06/01/2016

titre

Par @Boumatoews

L'équipe de Suisse a terminée à la 9ème place en évitant la relégation après 2 victoires contre le Bélarus (5 à1 et 6 à 2). Dans la phase de poules, elle a perdu très sèchement contre les USA et la Suède, est parvenue à arracher un point au Canada tout en perdant contre la Danemark. Beaucoup qualifient ce championnat du monde junior de très décevant pour la Suisse surtout étant donné que les médias parlaient d'une des meilleures équipes suisses U20 alignées.

J'ai donc décidé de m'intéresser à toutes les équipes présentes à ce championnat du monde et de comparer leur effectif (roster). Voilà ce que cela donne (n'hésitez pas à cliquer pour agrandir la photo) : 14.1 WJCLe Canada, malgré de très gros absents (Ekblad, McDavid, Fabbri, McCann, Bennett), est l'équipe qui comptait largement le plus grand nombre de joueurs annoncés dans les 30 premiers d'une NHL draft avec 12 joueurs. Suivent les USA et la Suède avec respectivement 5 et 4 joueurs. La Suisse, qu'on a annoncé comme certainement la meilleure équipe de Suisse jamais alignée dans un championnat du monde U20, doit se contenter d'un joueur de premier tour (Meier) et de deux de second tours (Rod et Siegenthaler). Malgré ce que nous vend souvent la ligue suisse (c'est-à-dire le haut niveau de formation suisse et la compétitivité de la NLA), à raison (ils auraient tort de ne pas rendre leur produit le plus attractif possible), on se rend compte que la Suisse reste loin derrière les meilleurs formations européennes que sont la Suède et la Finlande. La Russie est également à mettre dans cette catégorie. Le calibre de jeu est haut en KHL (11 de leurs jeunes y jouent déjà !) et le faible nombre de joueurs draftés dans les premiers tours peut s'expliquer par le facteur russe. Il paraît donc logique que la Suisse ait dû se battre avec le Danemark pour la dernière place qualificative. Même si la Suisse est devant, le gap qui la sépare du Danemark est moins grand que le gap qui la sépare du trio Canada/USA/Suède. A la seule lecture (réductrice) de ces chiffres, la probabilité que le Danemark puisse s'imposer contre la Suisse est donc plus grande que celle de voir la Suisse s'imposer contre les grosses nations. Le constat encourageant pour la Suisse est qu'onze joueurs jouent déjà au plus haut niveau helvétique (NLA). Elle se situe donc, là, au même niveau que les meilleures nations européennes. Néanmoins, le gap demeure à cause du talent intrinsèque de ses joueurs. Si l'on prend l'exemple de la Finlande, la grande majorité de leurs joueurs évoluant déjà avec les adultes dominent. Leurs gardiens ont joué une quinzaine de match en Liiga avec des SV% aux alentours des 0.92 ! Leurs joueurs de champ ont tous environ au moins un ratio pts/GP de 0.4. Sebastian Aho a déjà presque un point par match ! Les joueurs U20 suisses évoluant en NLA sont loin d'être aussi dominants. Il reste donc encore bien du chemin à parcourir pour que la Suisse puisse réellement rivaliser sur un tournoi (sur un match tout est possible) avec les plus grands.  




Catégories